Le travail d’Hélène Courtois porte sur la cartographie en 3D des galaxies et de leurs mouvements. “La luminosité d’une galaxie dépend de sa masse et de sa vitesse de rotation”, précise la chercheuse. On observe avec un radiotélescope les traînées lumineuses produites par l’hydrogène neutre qui est présent dans les galaxies spirales, comme la nôtre, puis on en déduit la vitesse de rotation de la galaxie observée qui permet de calculer sa distance.


 

Wikipédia

Laniakea (« paradis incommensurable » ou « horizon céleste immense » en hawaïen) est le superamas de galaxies englobant le Superamas de la Vierge dont fait partie la Voie lactée, et donc par suite le Système solaire et en particulier la Terre.

Sa découverte par une équipe internationale d'astronomes composée de R. Brent Tully, de l'université d'Hawaï à Mānoa, d'Hélène Courtois, de l'université de Lyon I, de Yehuda Hoffmande, de l'université hébraïque de Jérusalem, et de Daniel Pomarède, du Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives, résultant d'une nouvelle façon de définir les superamas selon les vitesses radiales des galaxies, a été annoncée en septembre 2014.

Laniakea peut être défini, en première approximation, comme l'ensemble des galaxies qui convergent, à une vitesse d'environ 630 kilomètres par seconde, vers le Grand attracteur.

 


 HELENE  COURTOIS 

Hélène-Courtois

Laniakea

 

 

laniakea